Les Dominicains

Fondés au début du XIIIe siècle par saint Dominique, les frères prêcheurs autrement dit Dominicains font partie d’un ordre religieux de l’Église catholique.

Comme leur nom l’indique, ils sont dévoués à la prédication. La prédication est l’annonce de la vérité de l’amour. Cet amour a été donné au monde, il s’est révélé afin que tous les hommes soient sauvés par la miséricorde de Dieu.

Pour ce faire, les Dominicains vivent en couvent où ils prient, étudient et vivent ensemble afin de louer et bénir le Seigneur avant d’aller donner l’Evangile au monde. Tout pour la gloire de Dieu et le salut du monde.

La famille dominicaine

Les frères dominicains ne sont pas seuls. Dans l’ordre, ils sont soutenus par la prière des moniales. Les frères partagent leur mission avec des soeurs apostoliques, comme les Dominicaines du très saint rosaire de Monteils, les moniales de Saint-Maximin qui nous portent par la prière et des laïcs viennent puiser à la source pour vivre de la spiritualité dominicaine dans leur vie quotidienne. Des prêtres viennent partager la spiritualité dominicaine en fraternité sacerdotale afin de nourrir leur ministère sacerdotal.

Gardiens de la Sainte-Baume

Une communauté de 7 frères Dominicains assure l’accueil des pèlerins à la Sainte-Baume (à la grotte et à l’hôtellerie). Cet accueil des pèlerins est fort ancien puisque c’est en 1295 que, à l’instigation de Charles II d’Anjou, le pape Boniface VIII et l’Ordre de saint Dominique installaient une communauté de 4 frères en ce même lieu.

Les raisons de leur présence ici

Il est assez étonnant que ce soit des Dominicains qui soient installés en ce lieu retiré du monde qui tend à faire d’eux des ermites. Les Dominicains en effet font profession de « prêcheurs », ce qui les appelle habituellement dans les villes où ils peuvent rencontrer un public plus nombreux. Il y a pourtant plusieurs bonnes raisons qui fondent la convenance de cette présence sept fois séculaire sur ce lieu de dévotion à sainte Marie-Madeleine :

★ Une raison historique : l’installation à la Sainte Baume, en 1295, va de paire avec la fondation du couvent de Saint-Maximin où Charles II avait redécouvert en 1279 les reliques de sainte Marie-Madeleine. Or ce prince Charles II était personnellement proche de l’Ordre de saint Dominique.

★ Une raison « hagiographique » : certains « fioretti » de l’Ordre font valoir que c’est Marie-Madeleine elle-même qui choisit ses frères… Pour l’Apôtre des apôtres il fallait des « gardiens » qui fussent eux aussi des apôtres : les frères prêcheurs étaient tout indiqués !

★ Une raison missionnaire : à l’aube d’un troisième millénaire où la question religieuse se révèle centrale, la Sainte Baume offre plus d’un avantage pour la mission de l’Église et la prédication. À la Sainte Baume on peut admirer la beauté d’une création merveilleusement préservée ; on y peut recueillir l’héritage d’une tradition vivante qui a marqué des siècles de notre culture européenne et provençale ; enfin l’Évangile y semble concret et proche grâce au témoignage de la pécheresse devenue disciple et apôtre.

Les couvents

Couvent de Sainte-Marie-Madeleine
Sanctuaire de la Sainte-Baume
2200, CD 80 Route de Nans
83640 Plan d’Aups – Sainte Baume
Monastère de sainte Marie-Madeleine
83470 Saint Maximin Sainte Baume

Site internet